Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
TIFRA TIGZIRT SUR MER ( Tansa-Tifra)

Laɛnsla : c'est le 07 juillet

7 Juillet 2016 , Rédigé par Malik Tifra

Laɛnsla : c'est  le 07 juillet

- Que cache cette fête berbère

  1. Au temps des juifs qui vivaient en Afrique avant les romains, vivait une sorcière nommée AINSLA / AINSARA douée d’un grand pouvoir Quand elle mourut les habitants de la région voulurent garder son corps comme talisman, après l’avoir lavée et purifiée ils l’embaumèrent à l’aide d’huile d’olive afin de garder la puissance magique qui y restait attachée.Depuis les familles berbères pratiquent des trous dans certains plats qu’ils remplissent d’huile d’olive, ils se regardent dans ce miroir d’un vert tranquille et prononcent des prières et des formules de bénédiction
  2. C’est l’anniversaire de la mort de la reine berbère Dihya( kahina) la dernière bataille fut déroulée dans la région de Tarfa à 50 km de TOBNA au pieds des Aurès la Kahina fut tuée en l’an 701 devant un puits qui porte son nom : Bir el Kahina , puits de la Kahina, puis sa tête fut décapité et envoyé comme trophée de guerre au calife arabe cette date est commémoré sous le joug coloniale Arabo-islamique sous forme agricole en allument du feu purificateurs et fructificateurs dans les jardins en allumant TICICIN en souvenir de la politique de la terre brûler. Et en récoltants les feuilles des plantes et certaine arbres amzir tuzzalt tidekt inijel amzir rihane. Sauf illili ceci pour faire le thé ddwa n lansla tres efficace pour les soins.
  3. Les avis divergent aussi sur sa durée ; certains disent qu’elle ne dure qu’une seule journée, qu’elle se situe dans le calendrier berbère exactement le 7 juillet de chaque année, d’autres pensent qu’elle dure une semaine, d’autres une période indéterminée qui change selon les années
  4. Laɛnsla revêt dans le rituel agraire une importance particulière; c'est la véritable célébration du solstice d'été. Avec cependant un double décalage. Décalage d'abord par rapport au calendrier grégorien. Sans doute, la fête du solstice d'été, se situe à la même date dans les deux calendriers, (24 Yunyu : leinesla - 24 Juin, feux de la Saint-Jean). Mais, en fait, avec le retard de treize jours du calendrier agraire, Leinesla se trouve reportée au 7 juillet du calendrier grégorien. Décalage également de la célébration du solstice d'été par rapport à son incidence, une vingtaine de jours plus tôt, le 5 Yunyu
  5. Etymologie du mot Les uns vous diront, sans grande conviction, que “Aïnsla”' laɛnsla' dérive du verbe iaunsal "yunṣal" qui s’applique généralement pour du bois atteignant sa maturité ; ils vous conseilleront à l’occasion de ne pratiquer la greffe végétale après “Aïnsla”. Les autres vous diront que Aïnsla désigne tout bonnement la période caniculaire de la saison estivale. D’ autres jureront que c’est une tradition ancestrale qu’il faut jalousement sauvegarder sans ajouter un piètre mot pour éclairer votre lanterne
  6. En conclusion, dans presque toute la Kabylie les thèmes récurrents de cette tradition sont le feu et la purification. Aussi, les feux qu’on allume le jour de Aïnsla sont des feux purificateurs et fructificateurs. Et la cueillette n ddwa lansla ceci nous renseigne pourquoi nous ancêtres connaissaient parfaitement la botanique sur notre teritoire aussi riche ainsi que les bien faits des plantes.

Le 07/Juillet,Les feux de Laɛneṣla.

Ces feux, caractéristiques de la fête, sont de deux sortes en Grande Kabylie :

- feux allumés de très bon matin dans les champs de figuiers et les vergers.

- feux allumés au coucher du soleil sur les aires ou dans les terrains incultes.

Les feux allumés de bon matin sous les figuiers, ou plus exactement la fumée bénéfique qu'ils provoquent, sont d'un usage général à travers tout le pays.

A Djemâa Saharidj on désigne même cette opération par un verbe dérivé du nom de la fête, lemeinesla. Faire du feu sous les figuiers à cette occasion se dit «semeɛinsel . yessemeinsil) ». Si parfois, on semble se contenter d'une simple fumigation (avekher) avec un ustensile perforé dans lequel le benjoin (elǧawi) est mélangé au combustible (Taourirt Mangellat, plus communément ce sont de véritables feux que l'on allume, un seul mais de grande dimension, ou plusieurs, si le terrain à enfumer est trop étendu. De très bon matin, en tout cas avant huit heures, on amasse paille de chaume ou herbe sèche combustibles qui produisent beaucoup de fumée. On y met le feu. On y ajoute de la bouse séchée pour empêcher la dispersion des flamèches ainsi que de la graisse de la queue du mouton de la Grande Fête (taqtit). La fumée qui se dégage se répand à travers tous les arbres, figuiers ou vignes, et s'élève jusqu'au ciel où elle attire parfois brise et nuage. Mais surtout, dit-on, et c'est le but recherché, elle est une médecine efficace (agu-nni d eddwa) :

- elle empêche les fruits de tomber avant maturité ;

- elle en fait sortir les petites mouches qui y sont blotties ;

- et, par voie de Conséquence, elle assure leur fécondation.

----------------------------------------------------------------

On dit que c'est en cette date que la reine Dyhia a été immolé par ses ennemis Arabes. Qui sait !? De toutes les façons ici du coté maritime de Tizi-Ouzou les villageoises font des incinérations dans les champs en guise de souvenirs mémorisables. C’est en ce jour aussi du 07/ Juillet qu’il y a des vents ici au littoral. J’en ai vu aujourd’hui la guerre des vents de l’Est et celui de l’Ouest , ici on les appelle ( acarqi et Aɣarvi) . Quand c’est le vent de l’Ouest qui l’emporte on dit que la mer sera très calme en majorité du temps des jours restant pour l’été mais c’est le vent le l’Est qui prend le dessus en ce jour de guerre, la mer serra certainement agitée pour les jours avenir de la saison estivale.

C’est à partir de ce jour aussi que la majorité des plante base (herbes) et les broussailles cessent de faire monter la sève, on appelle les jours avenir ( IQuranen = les journées sèches ) et ce moment exactement que les femmes kabyles choisissent pour faire la cueillettes des herbes qu’elles utilisent

-------------------------------------------------------------

Tibuḥatin, ddwa n lɛanṣla neɣ ixef n teẓgi est un mélange de plantes récoltées le jour de lɛanṣla (07 Juillet), que les Kabyles utilisent comme tisanes, pour surmonter les longues journées d’été et les longues soirées d’hiver.
Pour cette année j’ai pu réunir finalement, plus 30 plantes composant ce mélange.
Il s’agit :
1. Feuilles de : (néflier, pommier, poirier, grenadier, citronnier, oranger, mandarinier, pamplemoussier, olivier, abricotier, cognassier, vigne, prunelier,aubépine, ronce, myrte, arbousier, sauge, citronnelle du Gabon)
2.feuilles et sommités fleuries de : (origan, marjolaine, thym, basilic, sabline, lavande stéchade, lavande aspic, bruyère, romarin, mélisse, menthe verte, menthe odorante, menthe pouliot)
Nb : Les quantités à récolter différent d’une plante à une autre, le principe et de prendre plus de celles dites majeures (qui ont fait l’objet d’étude et sont reconnues pour leur action thérapeutique), récolter juste un peu de celles à utilisation moins fréquentes mais qui sont digne d’intérêt et éviter carrément celles qui renferment des taux élevés de substances toxiques.

Laɛnsla : c'est  le 07 juillet
Laɛnsla : c'est  le 07 juillet
Laɛnsla : c'est  le 07 juillet
Laɛnsla : c'est  le 07 juillet
Laɛnsla : c'est  le 07 juillet
Laɛnsla : c'est  le 07 juillet
Laɛnsla : c'est  le 07 juillet
Laɛnsla : c'est  le 07 juillet
Laɛnsla : c'est  le 07 juillet
Laɛnsla : c'est  le 07 juillet
Laɛnsla : c'est  le 07 juillet
Laɛnsla : c'est  le 07 juillet
Laɛnsla : c'est  le 07 juillet
Laɛnsla : c'est  le 07 juillet
Laɛnsla : c'est  le 07 juillet
Laɛnsla : c'est  le 07 juillet
Laɛnsla : c'est  le 07 juillet
Laɛnsla : c'est  le 07 juillet
Laɛnsla : c'est  le 07 juillet
Laɛnsla : c'est  le 07 juillet
Laɛnsla : c'est  le 07 juillet

Partager cet article

Commenter cet article